De nouvelles études suggèrent que les hashtags sur Twitter n’améliorent pas (plus ?) vraiment les taux d’engagement. Les émoticones et « tagger » des utilisateurs permettent encore de toucher une population plus large mais, dans l’ensemble, il apparaît que laisser de côté tous ces artifices permet, finalement, de bénéficier d’un meilleur engagement.

Est-ce que c’est l’heure de changer l’usage du hashtag (sur Twitter) ?

Un rapport de la société Mention (outil de “monitoring” des réseaux sociaux – si besoin est de préciser) sur l’engagement sur Twitter, révèle des éléments intéressants sur les hashtags (pour Twitter) et les déclencheurs d’interaction. Une nouveauté importante tient dans le fait « qu’utiliser des hashtags ne semble pas améliorer les taux d’engagement. En fait, il semble que ces taux baissent à chaque hashtag ajouté ».

Pour simplifier : arrêtez de bourrer vos tweets de hashtags ! Vous vous faites du mal.

Parmi les autres leçons tirées de cette étude, l’on trouve :

  • 5 des 10 hashtags les plus populaires en termes de génération d’engagement en 2017 faisaient référence à … des boys bands sud-coréens … .
  • Les hashtags les plus populaires sur Twitter étaient #giveaway #quote #win #marketing et #travel (en bref, des prix à gagner – et pléthore de spams – des citations, de la victoire, du marketing et du voyage … ). Des mots relativement communs et à éviter de préférence. Ne serait-ce que parce que la moitié de la planète Twitter les utilise régulièrement.
  • Environ 40% des tweets contiennent un hashtag
  • En général, ces hashtags ne permettent pas d’augmenter visiblement les taux d’engagement sur Twitter

Reste une question : dès lors que la plupart d’entre nous ne joue pas dans la cour des boys bands sud-coréens, devrions-nous continuer à utiliser des hashtags ou bien les laisser tomber ?

Nombre de marketeurs et autres community managers continuent de considérer les hashtags comme un élément nécessaire à ajouter à un tweet. Cependant, autant le hashtag permettait, initialement, d’organiser des groupes et cibler spécifiquement des échanges portant sur un mot clé précis, l’usage croissant de ses derniers couplé à une amélioration du référencement des tweets a rendu les hashtags génériques inutiles.

Il existe, bien sûr, des exceptions à la règle. Les hashtags relatifs à des événements, politiques ou sportifs par exemple, des conférences ou des webinars restent pertinents et utiles. Si vous voulez utiliser des hashtags, inspirez-vous de ces exemples. Faites en sorte de les ancrer dans le réel (événement, lien avec la marque, etc) et de les individualiser.

La dernière leçon avec laquelle je conclus ici, c’est un simple rappel. Ce qui est vrai aujourd’hui ne sera pas nécessairement vrai demain. En particulier en termes de réseaux sociaux. Garder un doigt sur le pouls des réseaux et les dernières tendances pour éviter de tomber dans ce genre de piège. Que ce soit Twitter, Facebook, Linkedin ou bien un Pinterest, Reddit ou SnapChat, gardez un œil sur vos données, analysez vos résultats et testez en continu.

Les changements interviennent en continu ; ne vous laissez pas surprendre ou dépasser.

Appeler
Y aller