En tant que marketeur, définir et comprendre des comportements permet de communiquer de manière sensée et ciblée. On utilise les outils d’analyse sur les réseaux sociaux, par exemple, pour appréhender notre audience. Mais qu’en est-il de la « vraie vie » ?

Ces moments passés dans un domaine que l’on ne peut ni contrôler, ni quantifier ?

Les études statistiques nous apportent des éléments de réponse, à utiliser, aussi, pour comprendre et cibler notre audience.

Parlons peu, parlons vie. Je reprends ici des données sur nos comportements, nous, humains somme toute lambda et individus partie d’un ensemble plus grand. Membres, au final, de notre propre audience et cible.

L’humain, animal prévisible

Sur une durée de vie moyenne de 78 ans, nous allons passer quelques 69 années à nous comporter de la même manière que tous nos semblables.

Certes le client actuel veut de la personnalisation mais il semble que l’on ne s’éloigne pas vraiment des comportements pré-établis.

28 ans, et plus, à dormir. Atteignant le vénérable age de 78 ans, vous aurez passé, en moyenne, 28 ans à dormir. Plus d’un tiers de votre (notre) vie passé au lit, à ne rien faire. En particulier, il s’agit là d’une zone d’ombre loin des campagnes marketing et des offres d’achat.

Mais alors, puisque l’on travaille autant que l’on dort, le temps de travail peut offrir une opportunité de communication vers une audience alors captive. Peut-être pas, finalement, quand on sait que l’humain moyen ne va passer que quelques 11 années au travail … .

Un total léger pour un temps de travail moyen de 40 ans.

Modernité oblige, on passe également 10 ans à … . 10 ans en ligne, entre surf sur internet, réseau sociaux, streaming et autres, notre vie se résume, apparemment à réseaux, boulot, dodo.

Ensuite :

6 ans, à la maison. Entre ménage et autres questions existentielles. « OK Google, est-ce que je streame OITNB ou bien GoT ? »

4 ans, à table. A manger et débattre des grands sujets qui animent le monde, entre Big Brother, pour les vieux et autres Plus Belle La Vie (…) pour les plus jeunes.

3 ans, passés à l’école. 3 ans de perdus ou heureuses années ?

2 ans, aux toilettes ! C’est l’heure de relancer les magazines, les mots croisés et autres. On parle là d’une population captive et enfermée dans un lieu confiné. Le cas de figure idéal pour tout marketeur ou publicitaire.

2 ans, encore, à faire les courses … . Note de l’auteur ici, on passe autant de temps à acheter à manger qu’à évacuer ladite nourriture… . Si ce n’est pas une magnifique image de notre société de consommation 😉

Et puis, 1 an, avec les enfants. Note, à nouveau, notre population moyenne passe deux fois plus de temps aux cabinets qu’avec ses enfants … . Ne parlons pas du temps passé en ligne.

1 an, aussi, passé dans les transports. 11 ans de travail et 1 an de transport. La même durée que les interactions avec nos (vos) enfants.

Et puis, que reste-t-il ? 9 ans. Quelques 9 années non comptabilisées et ouvertes à toutes les opportunités. Des choix de vie et des vies que l’on ne choisit parfois pas.

Dans tous les cas, 78 années à occuper, subir, apprécier, vivre.

Et du point de vue marketing, 78 années de statistiques pour cibler au mieux une population qui va devoir s’occuper, subir, apprécier et, au final, vivre, ces quelques 78 ans.

Statistiques d'une vie

Appeler
Y aller