A ce jour, il est quasi impossible que vous n’ayez pas entendu parler de Pokemon Go. L’app, développée par Niantic qui met en scène les monstres de poche (Pocket Monsters = Pokemon) de Nintendo a éclipsé des apps comme Tinder, Twitter ou SnapChat. La vitesse à laquelle le phénomène a conquis le monde est sans précédent.

Le jeu d’exploration mobile en réalité augmentée a envoyé des milliers de joueurs dans la rue. Un rêve devenu soudainement réalité pour les parents cherchant sans cesse à envoyer les enfants jouer dehors et non pas dans le salon, sur la console. Mais les parents sont de la partie également. Toutes les générations jouent à Pokemon. Ils explorent leur voisinage, font des rencontres, échangent, bref, adoptent un comportement social.

Monde virtuel / monde réel

Au-delà des cartes, le jeu utilise des sites physiques, réels, comme des magasins ou des arènes, des lieux avec un rôle spécifique agissant comme point de rencontre de joueurs. Certains magasins ont ainsi vu arriver des hordes de joueurs en quête de gloire… et de Pokemons.

Leurs réponses face à cet afflux varie grandement !

Sur le même principe que l’usage (gratuit) des toilettes, certains magasins ont fermé la chasse. D’autres, au contraire, ont joué le jeu et tiré profit de leur coup de chance.

Le jeu génère un trafic énorme sur les zones de chasse aux Pokemons, et autant de clients potentiels. Les magasins peuvent tirer le maximum de cette tendance par le biais de simples achats dans l’app ajoutés à un marketing créatif.

Certaines personnes comme vous et moi ont également identifié des moyens de tirer profit du jeu en proposant des produits et des services.

Pour obtenir des résultats satisfaisants, il faut commencer par comprendre le fonctionnement du jeu. Et le faire travailler pour vous.

Votre magasin est-il une arène ou un PokeStop ?

Vous n’êtes pas familier avec la linguistique des monstres de poche ? On vous aide. Pokemon Go n’est pas un jeu de console auquel on joue dans le salon. Les joueurs se retrouvent dehors, chassant des Pokemons virtuels dans le monde réel.

Les arènes et PokeStops sont également des lieux virtuels mais positionnés sur la carte du monde réel, à des adresses réelles également. La définition de ces lieux ne suit pas une démarche particulière pour le moment mais est apparemment liée aux portails du jeu précédent développé par Niantic, Ingress.

C’est ainsi que certains magasins ont vu déferler des vagues de joueurs quand d’autres aimeraient bien aussi avoir de la chance.

Si votre magasin ne bénéficie pas, pour le moment, d’un statut particulier, Niantic est en train de travailler aux options de sponsoring et la nomination de nouveaux lieux. Il y avait un formulaire en ligne mais ce dernier a apparemment été supprimé pour le moment :

http://kotaku.com/you-can-now-request-new-pokestops-and-gyms-in-pokemon-g-1783669406

Au-delà du statut de votre magasin,vous pouvez identifier les destinations préférées des joueurs et rendre votre commerce mobile. Si les consommateurs ne viennent pas à vous, allez aux consommateurs (ou joueurs en l’occurrence).

C’est ce qu’ont fait quelques “entrepreneurs” avec leurs “pop-up store” 🙂 

Gonflez votre marketing

Pour les magasins ou cafés qui ont la chance d’avoir un statut d’arène ou de PokeStop, c’est l’heure de sortir l’atout remises ou promotions pour les joueurs. Pour les bars, restaurants, etc…, les lieux où les joueurs peuvent rester et consommer, voire les équipes se rencontrer, ajouter à l’expérience au jeu en affichant les scores… Il suffit d’une ardoise pour communiquer sur les meilleurs équipes, le propriétaire de l’arène… Pas d’inquiétudes pour les mises à jour, les équipes se chargeront de vous rappeler qu’elles sont numéro 1 ! 🙂

En couplant ce classement avec des offres spéciales pour les champions, vous avez créé votre propre petit jeu pour surfer sur la vague Pokemon. Saupoudrez d’un peu de communication et de publicité sur les réseaux sociaux (en passant, une photo de votre ardoise de classement est également une publication sympa pour les réseaux), et vous devriez voir une population croissante de joueurs venir vous rendre visite.

En parlant de réseaux sociaux, partez en chasse autour de votre magasin. Prenez les monstres des alentours en photo et postez les images sur les réseaux. Vous pourriez avoir un Pokemon rare comme voisin. Au pire, vous participez à l’établissement d’une carte des Pokemons et permettez aux joueurs d’identifier ceux cachés près de chez vous. 

Vous pouvez offrir quelques cadeaux (il est possible, par exemple, d’acheter et offrir des Pokeballs – l’ “outil” utilisé pour capturer les Pokemons) pour attirer le chaland.

La meilleure opportunité, si votre magasin est un PokeStop, est d’utiliser un “leurre”. Ce gadget attire les Pokemons à un lieu donné. Une forme de “chasse privée” que vous pouvez ouvrir à vos clients.

Avec un peu d’organisation, un horaire donné et une communication préalable, c’est une chance de “créer du buzz” et faire venir la clientèle.

Enfin, ne négligez pas votre référencement et l’optimisation de votre blog ou site web. Publiez – si pertinent – du contenu lié à Pokemon Go pour tirer parti des tendances de recherche.

Attirez Pokemons et clients en utilisant des leurres

Pokemon Go offre une variété d’options d’achat, dans l’app. Parmi les gadgets contenus en magasin (virtuel), le plus important pour les magasins (réels) – et vous – les leurres. Ce module attire les Pokemons (et les joueurs par extension) vers la zone, à proximité d’un PokeStop, où il est activé. Et ce pour 30 minutes.

Un leurre coute 1,49 dollar (américain) – pour ces 30 minutes. Ce sont à peine 15 dollars pour 10 heures si vous voulez faire une opération spéciale sur une journée.

Une pizzeria, par exemple, indiquait avoir attiré 30 clients sur une heure en utilisant un leurre. A vos calculatrices !

Si vous avez la chance d’être répertorié comme PokeStop, et donc ouvert à l’utilisation de leurre, cela représente un potentiel de génération de trafic intéressant. En particulier, par exemple, pour essayer de remplir les heures creuses.

Communication + leurre = trafic aux heures habituellement calmes.

Une petite recommandation : créez un compte Pokemon avec le nom de votre magasin. Il permet d’identifier le fait que vous avez lancé le leurre et reconnaître votre magasin.

Fournisseurs de services pour joueurs de Pokemon Go

Tout le monde joue. Ou pas. Certains jouent mais pour l’argent.

En tant qu’individu, pas nécessairement propriétaire de magasin, de nouvelles opportunités sont apparues.

On vit à l’ère de l’économie du partage après tout.

Ainsi, certaines personnes offrent dorénavant leurs services comme chasseurs de Pokemon. Peut-être pour remédier à l’épidémie de jambes lourdes que le jeu a créé en envoyant des hordes de joueurs (trop) loin de leurs canapés.

Fatigués ? Vous pouvez payer une personne 20 dollars de l’heure pour faire le gros du boulot pour vous. Ils chassent et capturent vos Pokemon pour vous.

Ils pourraient d’ailleurs se simplifier la vie également en utilisant un “Pokédrone” lancé il y a peu par une start-up néerlandaise. Opportunistes ? TRNDlabs veulent aider les chasseurs dans leur quête. (Lien vers l’article)

Jouez depuis votre canapé, ou presque, et envoyez votre drone les capturer tous !

Et couplez chasseurs “professionnels” (payés) avec une flotte de drones, vous obtenez un empire (de la chasse au Pokemon …). 🙂

Que faire, ceci dit, si vous n’êtes pas porté sur la technologie ? Ou n’aimez, tout simplement pas, les Pokemons ?

Devenez Poke-taxi. Uber pour les chasseurs de Pokemon. Aux Etats-Unis, Craigslist, le site de petites annonces, a vu apparaître et croître fortement le nombre de petites annonces de conducteurs offrant leurs services comme chauffeurs pour chasseurs de Pokemon. Pour faire simple, vous pouvez embaucher un chauffeur pour vous conduire d’un Pokemon à un autre dans votre ville et ses alentours. Et ce pour un prix, minimum, de 15 à 20 dollars de l’heure :

http://fusion.net/story/324706/pokemon-go-hunting-drivers-for-hire/

Enfin, rien ne vaut le bon vieux stand de limonade. Si vous trouvez les points chauds (au propre comme au figuré) vous pouvez vous y rendre avec de quoi redonner des forces aux joueurs (attention tout de même, la loi requiert en général d’avoir une licence commerciale pour vendre, plus divers permis).

Toutefois, au-delà des joueurs, leurs smartphones aussi pourraient avoir besoin de recharger leur batterie. Le jeu sollicite fortement la batterie. Du coup, dégainez votre Mophie (ou autre marque préférée) et “partagez” avec vos compères chasseurs à plat.

Au final, il ne s’agit ici que d’un coup d’oeil rapide aux opportunités que Pokemon Go a créé. Le jeu continue et de nouvelles se créent tous les jours.

A vous de vous y attaquer et de toutes les capturer !