Les robots, déjà plus actifs que vous ?

Les robots, déjà plus actifs que vous ?

Les robots et la technologie. Nouveaux ennemis du travailleur, voleurs d’emploi, dans l’inconscient du peuple mais, en fait, les robots sont déjà parmi nous et réalisent des taches bien plus sophistiquées – ou différentes – que l’on ne le pense. Le robot, passé de la science finction à la science – ou technologie – tout court. Alors, au-delà du robot humanoïde et à but non défini, où en est-on aujourd’hui ?

Je vous propose de jeter un oeil sur les prouesses actuelles de ce que nos humanoïdes robots peuvent accomplir :

  1. Les robots jouent les acrobates. Atlas peut faire des saltos arrières et lever les bras après avoir posé un atterrissage parfait. La suite ? Les JO de Tokyo en 2020 ?
  2. Ils peuvent dorénavant faire vos courses. Walmart teste des robots scanneurs et livreurs de produits dans ses magasins.
  3. En Arabie Saoudite, un robot a récemment obtenu la citoyenneté. Même si l’on ne sait pas vraiment ce à quoi ça correspond au-delà de la couverture presse.
  4. Robot citoyen et pourquoi pas robot guerrier (oui, ça semble un tantinet plus dangereux). Alors, à l’attaque robots !
  5. A Dubaï, la police a un ‘robocop‘ patrouillant les trottoirs.
  6. Bill Gates considère que les robots remplaçant les humains au travail devraient être taxés … . Une fausse bonne idée ? Bonjour les complications comptables.
  7. Ils peuvent également jouer aux cartes, parier et gagner, même quand les humains trichent. Libratus, l’intelligence artificielle créée par Carnegie Mellon a battu 4 pros du poker dans un tournoi au Texas.
  8. Ils écrivent dorénavant des livres et des articles de journaux.
  9. Entre drones et robots, qui sera le livreur du futur ? Ils sont passés de l’Europe au Maryland apparemment.
  10. En Norvège, des scientifiques ont développé un robot qui peut désosser un poulet … . Tant que ce dernier ne confond pas poulet et humain … .
  11. A l’Université de Californie du Sud, le San Francisco Medical Center a investi dans un système automatisé qui prépare les prescriptions, permettant ainsi aux pharmaciens de de se concentrer sur les patients et les diverses consultations.
  12. Accessoirement, les robots peuvent désormais passer pour moines bouddhistes lors d’enterrements.

Alors pour vous – et pour nous – fans de BB8, C3P0, R2-D2 ou autres, on se rapproche du moment où ces robots intelligents et multi-fonctionnels seront parmi nous. En attendant, une question se pose, au-delà des fonctions, quels droit accorder à ces robots gagnant en intelligence et en poids dans la société ?

A la rencontre du consommateur du futur

A la rencontre du consommateur du futur

Etes-vous un peu geek, nerd ou porté sur la technologie ? Attendez de rencontrer votre moi futur – ce futur vous s’y connait et bien plus que vous. L’impact des avancées technologiques sur notre quotidien, c’est, par exemple le fait, déjà réalité pour nombre d’entre nous, de ne plus avoir d’argent liquide sur soi. Ce sont les véhicules qui vous transporteront de manière autonome, une capacité accrue à travailler de partout, une interconnectivité totale et la réduction potentielle des taches quotidiennes et répétitives.
Pour certaines industries, le futur est déjà là. A l’image du “on demand”. Le client moderne n’attend pas, ne “cherche » pas (sauf en ligne au final). Il veut, tout et immédiatement. Le croissance d’Amazon démontre cette évolution. On veut pouvoir accéder à tout produit, de manière instantanée et aisée. A quelques bugs et délais postaux près, le client y trouve son compte.
Et demain ? Jetons un coup d’oeil au client du futur.

Retour vers le futur

Une étude récente (2017, « Customer of the Future”), réalisée et publiée par la société de consulting Lippincott, ouvre l’album des habitudes et besoins du consommateur moyen, du futur. Et la manière dont ces besoins peuvent être satisfaits. En route pour un tour de prospective et d’expérience client de demain ! A noter, la recherche a couru sur 2 ans, étudiant les comportements de miliers de consommateurs et influenceurs en Amérique du Nord et du Sud, Europe, Asie et Afrique. Sur la base des données collectées, les équipes ont défini un profil complet du consommateur du futur. Selon leurs résultats, le jeune adulte (25 ans) moyen du futur : 

  • ne se déplacera qu’en utilisant des véhicules autonomes 
  • Ne consultera un docteur qu’à distance, via télémédecine 
  • Sera constamment en ligne grace à des vètements connectés 
  • Fera ses courses en ligne, lesquelles seront livrées par drone 
  • Aura un tatouage permettant autant de contrôler leur voiture que de suivre leurs objectifs et résultats physiques 
  • Aura un patron virtuel

Selon les rédacteurs de cette étude, “il ne s’agit pas de sicence fiction, ni même d’une perspective osée sur l’influence de la technologie”.  “C’est le brouillon d’un futur pas tellement distant rempli de changements importants. Les évolutions technologiques ne vont pas changer uniquement l’expérience client mais également la manière dont le monde fonctionne, la manière dont les gens créent des connexions, créent, s’évadent, travaillent, se différencient, se cultivent voire, tout simplement, la façon dont chacun vit. 

Alors, du point de vue de l’entreprise, comment se préparer à ces changements fondamentaux pour rester dans la course ? L’étude a identifié 6 changements fondamentaux qui vont définir le consommateur du futur et offre les conseils suivant pour rester au contact des tendances émergentes : 

  1. Suivez le courant – Il est important de ne pas se positionner à contre-courant des attentes des consommateurs. Au contraire, adoptez une approche favorable tout en affinant vos offres (voire produits) afin de répondre à de nouvelles exigences de vie, décentralisée et connectée. 
  2. L’individu omnipotent – Fini l’uniformité. Le futur se veut différent et personnalisé. Donnez au consommateur la capacité de sortir des offres standardisées, de modifier voire personnaliser les produits. Le futur se veut unique. 
  3. Le tout à la demande – Eliminez les 3 raisons de faux-départ : l’attente, l’ennui et les efforts superflus. Facilitez l’acte d’achat et modifiez l’expérience en la rendant facile et, pourquoi pas, ludique. 
  4. Intelligence exponentielle – Donnez à vos consommateurs – et prospects – autant d’informations que possible et, idéalement, de sources variées. N’insultez pas l’intelligence de vos clients et facilitez leur, encore une fois, la vie. 
  5. Réalité informatisée – Ouvrez une autre porte pour vos clients en intégrant vraie vie et vie digitale. Allez les chercher sur leur terrain et, surtout, tirez parti des nouvelles opportunités de communication, de gamification et autres.
  6. Existence transparente – Tout le monde a un avis et les consommateurs font confiance à la foule ainsi qu’aux process clairs et honnêtes. Impliquez vous dans ce domaine en faisant preuve de la plus grande transparence possible et en construisant une relation de confiance. 

Pour la suite, eh bien, seul l’avenir pourra nous dire ce qu’il en est réellement 🙂 

Comment augmenter son influence sur Instagram

Comment augmenter son influence sur Instagram

Passer du statut de simple inconnu à influenceur sur Instagram est un rêve pour beaucoup – et une affaire de stratégie pour certains. Avec quelques techniques et méthodes, de nouvelles stars naissent et génèrent croissance et vitalité. Des méthodes allant de techniques particulières pour jouer sur l’algorithme d’Instagram à l’utilisation de la psychologie pour déveloper son nombre de followers.Ces stratégies sont nombreuses et évoluent. En voici trois que tout le monde peut utiliser pour gagner en influence.

1. Posez de fausses questions

Il est crucial que vos posts apparaissent en premier dans la timeline de vos followers. L’algorithme Instagram “décide” ce qu’il vous montre sur la base des comptes que vous suivez ainsi que vos interactions avec ces comptes. Plus vous interagissez avec un compte et plus vous voyez son contenu en priorité. Ces interactions et relations sont définis par l’algorithme sur différents niveaux. Un simple “like” démontre une relation mais de niveau moindre. Par contre, un commentaire indique une relation plus importante – de fait, une visibilité accrue pour ces posts. Le top niveau est atteint quand un utilisateur sauvegarde un post et envoie des messages privés.

Sur cette base, il est facile de forcer une interaction en posant des questions simples et rapides. Par exemple, “Qu’est-ce que je devrais manger au déjeuner ?”, “Quelle est votre émoticone favorite ?” ou encore “Quelle playlist préférez-vous pour faire du sport ?”. Ce sont des questions simples, auxquelles tout le monde peut répondre et ce par quelques mots uniquement.

Cette simple démarche, va, par contre, pouvoir générer un nombre d’interactions important voire, même, des réponses par messages privés permettant ainsi d’augmenter de manière significative la portée d’un post.

Posez des questions, lancez, pour des marques, des sondages et offrez à votre audience actuelle une chance d’interagir de manière simple et sur des sujets accessibles à tous.

Ne ratez jamais une occasion de créer du dialogue.

2. Les pods Instagram

Pour qu’un post devienne viral, il faut qu’il soit considéré de qualité supérieure par l’algorithme Instagram. Encore une fois, ces chiffres prennent en compte les vues et les interactions (likes, commentaires, etc.). Plus ces chiffres sont élevés et plus le post a de chances d’être reconnu par l’algorithme comme un post de qualité. Et donc d’apparaître sur la page “Explore” d’Instagram. Le Graal pour passer de simple post à contenu viral.

Récemment les “pods” sont devenus un sujet public. Des groupes d’utilisateurs qui collaborent à faire croître leurs comptes. Chacun like et commente sur les partages des autres, idéalement dans les quelques heures qui suivent la publication, pour booster de manière artificielle l’intérêt perçu pour le post. Le résultat ?

Pour des utilisateurs de bas nivau, des vues en hausse et des followers. Pour des comptes importants, un post viral, des vues par millions et un potentiel de gros chèque.

A noter, il est préférable d’avoir un groupe présent sur une même niche. Si vous voulez faire croitre un compte dédié au surf, mieux vaut collaborer avec des utilisateurs partageant également sur le sujet ou les sports d’eau. Sachant que les followers d’un instagrammeur peinture du XVIIe siècle ne seront pas nécessairement intéressés par la dernière photo de John John Florence.

3. Boucle d’engagement

Le but n’est pas une croissance aussi vite que possible mais plutôt d’assurer des interactions nombreuses et continues.

Une fois un follower obtenu, il est important de travailler la dimension engagement à long terme. Quand un utilisateur laisse un commentaire sur une de vos photos (ou un post), assurez-vous, au minimum, de “liker” le commentaire et, idéalement, d’y répondre. Ce faisant, on crée une vraie relation et c’est une manière de récompenser l’interaction.

Pour aller plus loin et créer des “super fans”, il suffit d’aller ensuite liker les posts de vos followers les plus fidèles – ou engagés.

De la même manière, si certains followers arrêtent d’interagir, il est bon de se rappeler à leur bon souvenir en allant liker un de leurs posts voire laisser un commentaire.

Il s’agit de “ré-engager” tous les followers, recréer une relation et favoriser une relation à long terme en apportant cette touche personnelle dans une relation autrement très impersonnelle.Ce ne sont ici que quelques conseils simples mais efficaces que tout un chacun peut mettre en oeuvre afin de gagner en visibilité et créer une vraie tribu sur Instagram.

Alors à votre tour, n’hésitez pas non plus à expérimenter et discutons ensuite de vos résultats.

Comment « hacker » votre croissance

Comment « hacker » votre croissance

Quand on parle de « growth hacking« , il est facile de considérer la pratique comme un raccourci vers un succès certain. Certe les stratégies de growth hacking peuvent aider à obtenir des résultats solides mais ce n’est en aucun cas un raccourci. Au contraire, la pratique se base sur la créativité, la capacité à définir des stratégies, des tests, des tests et encore des tests suivis par l’analyse des données et résultats générés.
Oui, le « growth hacking », au-delà du buzzword sur-utilisé est, avant tout, une vraie pratique du travail intelligent et de stratégies s’appuyant sur des faits et des résultats.

Dommage pour vous, cependant, il n’y a pas de recette miracle fonctionnant pour tout le monde. Malgré tout, diverses stratégies sont applicables et utilisables pour la plupart des startups. Je vous les résume ici.

Construisez le parcours client

Avant toute chose, pour votre information, vos clients ne travaillent pas dans votre startup. Je pointe une évidence, certes, mais pour vous rappeler que quoique vous fassiez au sein de la société, les clients n’ont pas accès à votre vie en continu. De fait, même si vous êtes honnêtes, travailleurs, créatifs, etc… votre audience n’en a aucune idée.

Pour qu’un plan fonctionne sans accroc (merci Hannibal), il faut commencer par avoir un plan. Les médias sont nombreux et les canaux relativement saturés. De fait, pour exposer votre marque au monde entier, il va falloir faire quelques efforts. Mais, avant celà, il est important de définir le parcours client, de différents types d’audiences, de la découverte de votre marque ou compagnie jusqu’à la conclusion de la vente. Voire après.

• Pour commencer, comment allez vous créer de l’intérêt pour votre produit, votre marque sans passer pour un marchand de poissons ?

• Ensuite, comment allez-vous éduquer vos clients ? Vos qualités, spécificités et ce qui démarque votre produit de vos concurrents.

• Enfin, qu’allez-vous offrir pour sécuriser une vente ? Une promotion ? Une offre packagée ? Un sentiment d’urgence ? La validation d’une vente est le but ultime du parcours client. Vous pourrez ensuite y ajouter la rétention et le service client.

Lancez des offres spéciales

Pour obtenir des pics de trafic et de ventes rapidement, une recette simple et rapide consiste à lancer des offres créatives et spéciales. Là où nombre de marques se contentent de faire simple en offrant de simples réductions, sans créer de valeur (au risque d’abimer la perception de la marque), il est aisé de mettre en avant des offres créatrices de valeur. Un produit en plus, un envoi express gratuit, une extension de garantie offerte, etc… . Voici quelques exemples concrets :

• Achetez une coque de smartphone et recevez un cable gratuit.
• Si vous achetez nos produits, en magasin, nous vous offrons une garantie pour 100 ans.
• Si vous achetez un accès entreprise dans les prochaines 24 heures nous vous offrons nos modèles de contrats (rédigés et validés par nos avocats et parfaitement adaptés à notre industrie).

Testez, tout!

Le growth hacking, c’est avant tout une histoire de données. Si vous n’analysez pas toutes les informations que vous pouvez capturer, vous perdez du temps, de l’argent et des opportunités. Testez en continu et surtout jouez sur les variables. Comme évoqué précédemment il n’y a pas de recette miracle et il est important de tester de manière pointue pour définir ce qui fontionne pour vous, pour vos audiences, pour une période donnée, etc… .

• Créez des publicités pour des groupes précis: par age, genre, géographie, intérêts, rôles, revenus, fréquence des publicités, stratégies transverses, etc.

• Sur votre site : variez les « call to actions », les couleurs, l’affichage sur mobile, tablettes ou ordinateur, les formulations et textes, images et vidéos, voire même le nombre de champs à compléter dans vos questionnaires.

• E-mails: jouez avec les titres, les images, le nom de l’envoyeur, ajouter de l’information ou du contenu exclusif.

Et analysez les résultats.

Offrez de la valeur

La meilleure manière de construire une compagnie, c’est en construisant une communauté autour de la marque. Vous pouvez le faire en utilisant des groupes Facebook, Whatsapp, ou autres, dans lesquels vous allez offrir aux membres du contenu (et des offres) exclusif. Entre leçons apprises et retenues lors de votre aventure entrepreneuriale, nouveautés ou prototypes de vos produits (qui n’aime pas être beta-testeur ?), soyez au petits soins pour votre communauté, ils vous le rendront bien. Les recettes pour un groupe qui fonctionne :

• Ne soyez pas gourmand(e)s : Bien sûr que vous pouvez vendre de temps en temps ou mettre en avant des offres spéciales mais n’oubliez pas, avant tout, d’offrir de la valeur et de dialoguer avec votre communauté. Offrez à 80% et vendez à 20%.

• Utilisez la vidéo. Pour des interventions plus personnelles, n’hésitez pas à vous mettre en scème. Que ce soit pour vous présenter ainsi que la société, pour éduquer votre communauté ou juste pour divertir vos membres. Ce format est également utilisable, ensuite, sur les réseaux sociaux. Un investissement qui paie sur le long terme.

• Jouez sur l’exclusivité. Travaillez sur une communauté close et posez des questions pour qualifier les raisons pour lesquelles votre audience demande à rejoindre le groupe. Cela permet de renforcer la crédibilité de votre groupe mais également d’éviter les spams.

Voilà pour les recettes simples. Maintenant construisez votre stratégies, vos hypothèses et analysez.

Combien de temps passe-t-on sur internet sur une vie entière ?

Combien de temps passe-t-on sur internet sur une vie entière ?

Les budgets dédiés aux réseaux sociaux sont censés attendre, voire dépasser, les 40 milliards de dollars au niveau mondial – les Etats Unis et Canada comptant pour près d’un tiers. Le temps passé sur mobile (usage total, au-delà des seuls réseaux sociaux) dépasse désormais le temps passé à regarder la télé. Et cette tendance va continuer avec Netflix, Amazon, Apple en lice pour créer des contenus dédiés et les diverses plateformes ‘sociales’ se dirigeant toutes vers des fonctionnalités vidéos et live-streaming, principalement mobiles.

De fait, au-delà de constater une croissance du nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux, on peut voir, également, une croissance du temps passé, chaque jour, sur les réseaux sociaux. Rien que sur la “suite » Facebook (Facebook, Instagram et Messenger – hors WhatsApp), les utilisateurs passant, en moyenne, près d’une heure par jour.

Une équipe (Mediakix) s’est intéressée à ces chiffres en allant un peu plus loin dans le calcul. Sur la base du temps moyen passé par une personne sur les réseaux sociaux de nos jours, ils ont réalisé une projection sur la durée d’une vie entière.

Leur méthode de calcul: Pour définir le temps moyen passé par jour sur chaque plateforme, ils ont utilisé, à la fois, les données comScore’s 2016 data et les informations fournies directement par ces compagnies. Pour réaliser l’infographie ci-dessous (rappel, il s’agit d’une moyenne), ils ont utilisé ces chiffers et defini une durée d’usage des réseaux de 66 ans (entre les ages de 13 et 79 ans). Cette base a également été utilisée pour les autres activités quotidiennes similaires comme regarder la télé ou passer du temps avec des amis. Pour d’autres activités comme manger et boire, la base de calcul comprenait la totalité des 79 ans.

Alors, à votre anglais, voici les chiffres et l’infographie:

Combien de temps passe t on sur les réseaux sociaux sur toute une vie - infographie

Comment construire votre marque personnelle quand vous n’êtes personne

Comment construire votre marque personnelle quand vous n’êtes personne

Quand vous débutez votre carrière, vous commencez par ne pas maitriser grand chose. Votre charge de travail, vos collègues, votre rôle et les contraintes de la vie quotidienne. Et si vous essayez d’impressionner votre management, votre vie a des chances de se résumer à travailler, travailler et, hum, travailler.
Cela dit, pour se démarquer, travailler dûr n’est pas la seule démarche à suivre.

1. Lancez-vous, maintenant !

N’attendez pas d’avoir “besoin” de vous mettre en avant ou vous différencier pour commencer à construire votre marque. C’est dorénavant un élément crucial dans une carrière voice, tout simplement, un élément différentiant au quotidien et créateur d’opportunités.

Pour commencer, définissez vos buts. Quel type de personne êtes-vous ? Quels sont vos passions ? Qu’est-ce qui vous fait rêver ou tout simplement qu’est-ce qui vous sort du lit le matin ?

Ce sont les fondations de votre marque (personnelle) – votre personnalité. Votre marque doit être le reflet de ce que vous êtes, de qui vous êtes et de ce qui vous rend unique – et mémorable.

2. Définissez votre niche

Une fois votre marque et vision définies, attachez vous à préciser ce qui vous rend unique. Quelle est cette chose qui vous démarque de vos pairs ?

Définir une niche et s’attacher à être la personne de référence dans ce domaine est important parce que c’est ce qui va permettre à votre marque de bénéficier d’une reconnaissance sur le long terme. Etudiez les personnes que vous admirez – ou de qui vous tirez votre inspiration – pour voir la manière dont leur marque personnelle est construite. Pensez Elon Musk qui veut révolutionner les industries et utiliser le pouvoir de la technologie pour améliorer notre quotidien – et nous envoyer sur Mars. Par exemple.

3. Construisez votre plateforme

Pour construire votre marque personnelle, il vous faut également une plateforme pour communiquer vos messages.

De nos jours, tout le monde peut partager leurs idées ou connaissance. Quelque soit votre expérience ou niveau d’expertise, vous pouvez adresser et faire croitre une audience en utilisant un blog et les réseaux sociaux.

Si vous n’avez pas le temps de créer votre propre site, vous pouvez commencer par utiliser les réseaux sociaux pour construire votre marque. Linkedin offre une opportunité de rédiger des articles. Dans tous les cas, assurez-vous d’aligner tous vos réseaux (en terme de visuels et messages).

4. Commencez à raconter votre histoire

Racontez votre vie … . En quelque sorte. Pour développer votre marque personnelle et vous positionner de manière unique, utilisez votre histoire. C’est l’élément le plus personnel dont vous pouvez disposer et c’est l’occasion de mettre en avant vos expériences. Si vos expériences sont exceptionnelles, elles attireront l’attention, que vous soyez débutant(e) ou personne d’influence.

Le contenu – et surtout un contenu de qualité – est également un élément crucial pour le développment d’une marque personnelle solide et de votre crédibilité. Démarrez par des éléments qui vous intéressent (dans votre domaine et votre niche). Pensez également aux opportunités d’étendre votre influence, que ce soit en participant à des panels, tutorant des juniors, etc.

La règle tacite pour se positionner sur une niche et croître sa marque c’est de donner d’abord pour pouvoir ensuite recevoir (ou demander).

Appeler
Y aller