Menu

Tinder le film

Tinder fait son cinéma

On connaissait la réadaptation de la création de Facebook avec le film « The Social Network » en 2010.
Cette fois, c’est Tinder qui a inspirée les studios de Warner Bros. En effet, le film « Worst tinder date ever » (« Le pire rendez-vous Tinder ») sera bientôt sur vos écrans.

L’histoire raconte la rencontre d’un homme et une femme à Los Angeles s’étant « matché » sur Tinder. Après discussion, ils décident de se donner rendez-vous et on vous laisse imaginer la suite grâce au titre du film.

La recette du succès des films holywoodiens (à part les acteurs vraiment beaux), c’est les histoires improbables. Et apparemment ils en tiennent une ici.

Qu’on se le dise, si on fait un rendez-vous Tinder qui se passe vraiment très mal, il y a très peu de chance que l’on rappelle la personne. Mais pas à Holywood, l’histoire d’amour ne fait que commencer à partir de ce point.

Réalisé par Keith Merryman et David A. Newman, ayant coécrit « Sexe entre amis ». Ce nouveau film holywoodien risque donc de faire couler quelques larmichettes mais aussi faire bien rire les spectateurs.

L’application comptait 60 millions d’utilisateurs à travers le monde en 2014. Et parmi ces 60 millions peut-être que votre âme soeur s’y cache.

Après cet aveu plein d’amour, on vous déconseille cependant d’amener votre date Tinder voir le film au ciné avec vous. Awkward.

Comment gagner de l’argent avec Pokémon Go

A ce jour, il est quasi impossible que vous n’ayez pas entendu parler de Pokemon Go. L’app, développée par Niantic qui met en scène les monstres de poche (Pocket Monsters = Pokemon) de Nintendo a éclipsé des apps comme Tinder, Twitter ou SnapChat. La vitesse à laquelle le phénomène a conquis le monde est sans précédent.

Le jeu d’exploration mobile en réalité augmentée a envoyé des milliers de joueurs dans la rue. Un rêve devenu soudainement réalité pour les parents cherchant sans cesse à envoyer les enfants jouer dehors et non pas dans le salon, sur la console. Mais les parents sont de la partie également. Toutes les générations jouent à Pokemon. Ils explorent leur voisinage, font des rencontres, échangent, bref, adoptent un comportement social.

Monde virtuel / monde réel

Au-delà des cartes, le jeu utilise des sites physiques, réels, comme des magasins ou des arènes, des lieux avec un rôle spécifique agissant comme point de rencontre de joueurs. Certains magasins ont ainsi vu arriver des hordes de joueurs en quête de gloire… et de Pokemons.

Leurs réponses face à cet afflux varie grandement !

Sur le même principe que l’usage (gratuit) des toilettes, certains magasins ont fermé la chasse. D’autres, au contraire, ont joué le jeu et tiré profit de leur coup de chance.

Le jeu génère un trafic énorme sur les zones de chasse aux Pokemons, et autant de clients potentiels. Les magasins peuvent tirer le maximum de cette tendance par le biais de simples achats dans l’app ajoutés à un marketing créatif.

Certaines personnes comme vous et moi ont également identifié des moyens de tirer profit du jeu en proposant des produits et des services.

Pour obtenir des résultats satisfaisants, il faut commencer par comprendre le fonctionnement du jeu. Et le faire travailler pour vous.

Votre magasin est-il une arène ou un PokeStop ?

Vous n’êtes pas familier avec la linguistique des monstres de poche ? On vous aide. Pokemon Go n’est pas un jeu de console auquel on joue dans le salon. Les joueurs se retrouvent dehors, chassant des Pokemons virtuels dans le monde réel.

Les arènes et PokeStops sont également des lieux virtuels mais positionnés sur la carte du monde réel, à des adresses réelles également. La définition de ces lieux ne suit pas une démarche particulière pour le moment mais est apparemment liée aux portails du jeu précédent développé par Niantic, Ingress.

C’est ainsi que certains magasins ont vu déferler des vagues de joueurs quand d’autres aimeraient bien aussi avoir de la chance.

Si votre magasin ne bénéficie pas, pour le moment, d’un statut particulier, Niantic est en train de travailler aux options de sponsoring et la nomination de nouveaux lieux. Il y avait un formulaire en ligne mais ce dernier a apparemment été supprimé pour le moment :

http://kotaku.com/you-can-now-request-new-pokestops-and-gyms-in-pokemon-g-1783669406

Au-delà du statut de votre magasin,vous pouvez identifier les destinations préférées des joueurs et rendre votre commerce mobile. Si les consommateurs ne viennent pas à vous, allez aux consommateurs (ou joueurs en l’occurrence).

C’est ce qu’ont fait quelques “entrepreneurs” avec leurs “pop-up store” 🙂 

Gonflez votre marketing

Pour les magasins ou cafés qui ont la chance d’avoir un statut d’arène ou de PokeStop, c’est l’heure de sortir l’atout remises ou promotions pour les joueurs. Pour les bars, restaurants, etc…, les lieux où les joueurs peuvent rester et consommer, voire les équipes se rencontrer, ajouter à l’expérience au jeu en affichant les scores… Il suffit d’une ardoise pour communiquer sur les meilleurs équipes, le propriétaire de l’arène… Pas d’inquiétudes pour les mises à jour, les équipes se chargeront de vous rappeler qu’elles sont numéro 1 ! 🙂

En couplant ce classement avec des offres spéciales pour les champions, vous avez créé votre propre petit jeu pour surfer sur la vague Pokemon. Saupoudrez d’un peu de communication et de publicité sur les réseaux sociaux (en passant, une photo de votre ardoise de classement est également une publication sympa pour les réseaux), et vous devriez voir une population croissante de joueurs venir vous rendre visite.

En parlant de réseaux sociaux, partez en chasse autour de votre magasin. Prenez les monstres des alentours en photo et postez les images sur les réseaux. Vous pourriez avoir un Pokemon rare comme voisin. Au pire, vous participez à l’établissement d’une carte des Pokemons et permettez aux joueurs d’identifier ceux cachés près de chez vous. 

Vous pouvez offrir quelques cadeaux (il est possible, par exemple, d’acheter et offrir des Pokeballs – l’ “outil” utilisé pour capturer les Pokemons) pour attirer le chaland.

La meilleure opportunité, si votre magasin est un PokeStop, est d’utiliser un “leurre”. Ce gadget attire les Pokemons à un lieu donné. Une forme de “chasse privée” que vous pouvez ouvrir à vos clients.

Avec un peu d’organisation, un horaire donné et une communication préalable, c’est une chance de “créer du buzz” et faire venir la clientèle.

Enfin, ne négligez pas votre référencement et l’optimisation de votre blog ou site web. Publiez – si pertinent – du contenu lié à Pokemon Go pour tirer parti des tendances de recherche.

Attirez Pokemons et clients en utilisant des leurres

Pokemon Go offre une variété d’options d’achat, dans l’app. Parmi les gadgets contenus en magasin (virtuel), le plus important pour les magasins (réels) – et vous – les leurres. Ce module attire les Pokemons (et les joueurs par extension) vers la zone, à proximité d’un PokeStop, où il est activé. Et ce pour 30 minutes.

Un leurre coute 1,49 dollar (américain) – pour ces 30 minutes. Ce sont à peine 15 dollars pour 10 heures si vous voulez faire une opération spéciale sur une journée.

Une pizzeria, par exemple, indiquait avoir attiré 30 clients sur une heure en utilisant un leurre. A vos calculatrices !

Si vous avez la chance d’être répertorié comme PokeStop, et donc ouvert à l’utilisation de leurre, cela représente un potentiel de génération de trafic intéressant. En particulier, par exemple, pour essayer de remplir les heures creuses.

Communication + leurre = trafic aux heures habituellement calmes.

Une petite recommandation : créez un compte Pokemon avec le nom de votre magasin. Il permet d’identifier le fait que vous avez lancé le leurre et reconnaître votre magasin.

Fournisseurs de services pour joueurs de Pokemon Go

Tout le monde joue. Ou pas. Certains jouent mais pour l’argent.

En tant qu’individu, pas nécessairement propriétaire de magasin, de nouvelles opportunités sont apparues.

On vit à l’ère de l’économie du partage après tout.

Ainsi, certaines personnes offrent dorénavant leurs services comme chasseurs de Pokemon. Peut-être pour remédier à l’épidémie de jambes lourdes que le jeu a créé en envoyant des hordes de joueurs (trop) loin de leurs canapés.

Fatigués ? Vous pouvez payer une personne 20 dollars de l’heure pour faire le gros du boulot pour vous. Ils chassent et capturent vos Pokemon pour vous.

Ils pourraient d’ailleurs se simplifier la vie également en utilisant un “Pokédrone” lancé il y a peu par une start-up néerlandaise. Opportunistes ? TRNDlabs veulent aider les chasseurs dans leur quête. (Lien vers l’article)

Jouez depuis votre canapé, ou presque, et envoyez votre drone les capturer tous !

Et couplez chasseurs “professionnels” (payés) avec une flotte de drones, vous obtenez un empire (de la chasse au Pokemon …). 🙂

Que faire, ceci dit, si vous n’êtes pas porté sur la technologie ? Ou n’aimez, tout simplement pas, les Pokemons ?

Devenez Poke-taxi. Uber pour les chasseurs de Pokemon. Aux Etats-Unis, Craigslist, le site de petites annonces, a vu apparaître et croître fortement le nombre de petites annonces de conducteurs offrant leurs services comme chauffeurs pour chasseurs de Pokemon. Pour faire simple, vous pouvez embaucher un chauffeur pour vous conduire d’un Pokemon à un autre dans votre ville et ses alentours. Et ce pour un prix, minimum, de 15 à 20 dollars de l’heure :

http://fusion.net/story/324706/pokemon-go-hunting-drivers-for-hire/

Enfin, rien ne vaut le bon vieux stand de limonade. Si vous trouvez les points chauds (au propre comme au figuré) vous pouvez vous y rendre avec de quoi redonner des forces aux joueurs (attention tout de même, la loi requiert en général d’avoir une licence commerciale pour vendre, plus divers permis).

Toutefois, au-delà des joueurs, leurs smartphones aussi pourraient avoir besoin de recharger leur batterie. Le jeu sollicite fortement la batterie. Du coup, dégainez votre Mophie (ou autre marque préférée) et “partagez” avec vos compères chasseurs à plat.

Au final, il ne s’agit ici que d’un coup d’oeil rapide aux opportunités que Pokemon Go a créé. Le jeu continue et de nouvelles se créent tous les jours.

A vous de vous y attaquer et de toutes les capturer !

How to drive solid business with Pokemon Go

You have most likely heard about Pokemon Go. The app developed by Niantic with a licence to use Nintendo’s pocket monsters (= Pokemon) has now eclipsed the likes of Tinder, Twitter and SnapChat. To name a few. The speed at which the app has conquered the world is unprecendented.

The augmented reality mobile exploration game has sent thousands of gamers in the streets. A dream suddenly come true for so many parents trying to send the kids out to play. At the same time, many parents are among the crowds of players. All generations are playing Pokemon. And people are now exploring their neighbourhood, meeting people, in a few words, being social.

Business luck and mapping

The game mixes virtual world with real life. As such, some real locations are being used for the game as gyms or PokeStops. Specific places with specific roles where players meet in real life. These locations are massively taken from Niantic’s prior game, Ingress.

With real life, come real shops. Hence some businesses have suddenly seen hoards of players come their way, on a quest for glory – and Pokemons.

Some showing wariness and some smart businesses catching on and cashing on. The Pokemon game drives massive amounts of foot traffic – and potential conversions. Businesses can make the most of it with very simple in-app purchases and creative marketing campaigns. Individuals are also beginning to leverage the game by launching their own “businesses”.

To make the most of all the players roaming around you, you just need to learn the basics of the game. And put it to work for you.

Is your shop a gym or PokeStop?

Not really familiar with the lingo? Nevermind. Pokemon Go is not a game played in one’s lounge. People are out there, catching virtual Pokemons in real locations.

Gyms and PokeStops are also virtual locations actually geo-located in some real locations. There is no specific decision process, so far, for deciding on these locations. Hence some shops did end up getting flooded with players just by being randomly chosen as a gym.

Others would love to attract such traffic too. If your business is not a gym or PokeStop, Niantic, the company behind the game are currently looking into sponsorhip options or opportunities to nominate new locations. A form was available for a while but was taken down. http://kotaku.com/you-can-now-request-new-pokestops-and-gyms-in-pokemon-g-1783669406

Beyond getting the actual tick, as long as you can identify these locations, consider making your business “mobile”. Take your business on the road, assuming you can, and sell where players are.

Some smart “entrepreneurs” have done just that with their pop-up shop 🙂

Bring your marketing game

Lucky enough to “be” a gym or PokeStop? Throw in a few special offers or discounts for players. If you business has a “social” side to it (café, restaurant, …) gamify the experience by putting up a leaderboard to keep track of the top team(s) – or who owns your gym.

Pair it with special offers for the leaders and you have a nice game on your hands. A little advertising or communication about it on social media (just taking a snap of your cool board is also nice social media material) and that is a crowd headed your way.

As for social media, make use of the Pokemons strolling around your place. Take snaps and post them on social media. In any case, it will allow players to identify what Pokemons are around and may actually complete their collection.

If your presence on social media is not yet massive, that may be your chance to go viral too. No need to go big. Rather go targeted. Use criteria based on geographic location for example to target your local customer base – and players – who are more likely to show up.

Incentivize by adding a giveaway (of Poke goods) or even by luring Pokemons to your shop at a set time. And letting the crowd know about it.

Assuming you have a website – and/or a blog – make sure to spice up your SEO by publishing Pokemon Go related content.

Attract Pokemons and customers by using lures

Pokemon Go offers a range of in-app purchases of which the most important for business is lures. A lure module “attracts » Pokemon (and Pokemon Go players) to the area, around a PokeStop, where it is placed, for half a hour.

A lure costs $1.49 – for 30 minutes. That is a mere $15 for ten hours if you want to run it for a whole day or so. As a matter of example, a local pizza shop did it for a hour and brought in 30 customers. Easy maths, right? If your business is lucky enough to be a PokeStop and able to use lures, that can be an amazing way to go through low hours of business. Trigger some communications and use lures to draw hunters/customers outside peak hours.

A quick trick, create your Pokemon account with your business name. Hence, people can see who dropped the lure and identify your business too.

Cater for Pokemon Go players

Everybody plays. Or not. Some are playing but for money. As an individual, even if you do not have a shop or business, new opportunities have arisen.

It is the sharing economy after all.

People are now offering their services as Pokemon hunters. Most likely to cater for the sore legs epidemic the game has triggered by sending gamers away from their couch. You can hire hunters who will do the dirty job of chasing and capturing the Pokemon for you for about $20 a hour.

They could even make their own life easier by using the “Pokédrone” launched by a (smart) Dutch startup, TRNDlabs, to help Pokemon hunters in their quest. http://creapills.com/drone-pokemon-go-20160715?utm_content=buffer54774&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer

Play from your couch, fly the drone out to catch them all!

Pair a paid hunter with a fleet of drones and you have an empire 🙂

What if you are not tech savvy? Nor a Pokemon lover?

Go Uber for Pokemon Go players. Craigslist has seen a solid rise of Pokemon Go driver ads. In other words, people are now offering their paid services to drive players around on their hunt for monsters. At costs of $15-$20 per hour or more.

http://fusion.net/story/324706/pokemon-go-hunting-drivers-for-hire/

And what about the lemonade stand? If you know where the hot locations are, get there with some juice. Literally. Set up shop (warning, could be illegal to sell stuff without a license but hey) providing drinks and actual juice (power). The game sucks up a lot of battery so get your Mophie (or else) game on and sell juice to dried up players 😉

These are only a few examples but opportunities are there for the taking.

Get out there and catch them all (opportunities)!

Pokémon Go, nouvelle thérapie ?

20 ans après la première sortie de Pokémon sur Game Boy, Nintendo refait le buzz avec sa nouvelle application.

Lancée le 7 juillet, sur iOS et Android, aux États-Unis, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, « Pokémon Go » est devenue l’application la plus téléchargée sur iPhone aux États-Unis.

Une véritable aubaine pour Nintendo; depuis sa sortie l’application a fait grimper les actions du groupe de 20% à la bourse de Tokyo.

Elle génère désormais plus de recettes que Clash of Clan et est un véritable phénomène mobile et boursier. Développée par Niantic pour Nintendo, aucune date n’est encore prévue pour la sortie Française.

Un monde Pokémon dans la ville

Le principe de l’application bouleverse les façons de jouer. En réalité augmentée, grâce à la géolocalisation et à l’appareil photo, elle fait apparaître des Pokémons autour de vous.

Cette chasse au trésor 3.0 pousse à visiter des recoins de la ville encore inconnus. Et pousse à chausser ses pompes pour augmenter sa collection.

« Trouver », « capturer », « entraîner » et « combattre »  sont les verbes qui définissent les missions de l’application.

L’application aurait même des bienfaits sur les personnes en dépression.

En effet, elle aurait un impact positif sur le mental et le physique des joueurs, les poussant à sortir de chez eux et à se balader partout, elle leur fait voir du pays et rencontrer des gens.

Des rires aux scènes morbides

Si les lieux sont choisis de manière aléatoire, les Pokémons n’arrivent pas forcément au bon endroit, au bon moment.

C’est ce qui s’est passé dans un commissariat à Darwin, dans le nord de l’Australie. Les forces de l’ordre ont vu arriver des jeunes munis de leur smartphone dans le but de capturer un Pokémon. Si ça nous fait rire, les policiers, eux, n’ont pas rigolé longtemps. Avant de lancer un communiqué expliquant que, non, il n’est pas obligatoire de rentrer dans le commissariat pour attraper le Pokémon en question.

Moins drôle et plus morbide, une jeune fille voulant attraper un Pokémon est tombée sur un cadavre dans le Missouri. Pas sûr qu’elle continue à jouer encore longtemps.

Enfin, depuis quelque temps, le partenariat avec Google fait polémique. Il semblerait que lorsque la connexion est lancée via un compte Google, ce dernier pourrait envoyer des mails, télécharger ou même supprimer des photos. Et ça, ce n’est pas très rassurant.

Alors, qui attrapera le prochain Salamèche dans les magasins proches de chez vous parce qu’ils auront fait un partenariat ?

En tous cas, pour les utilisateurs Français qui veulent profiter de l’application, voila comment faire : Comment installer Pokemon Go sur Iphone et Android depuis la France

How to create a strong trending topic on Twitter

But, first, what is a trending topic?

A trending topic is simply, as the name tells, a topic or a hashtag which people are talking about, on Twitter, at the same time. It can be a local trend (region, country) or a worldwide trend.

In other words, it is a subject that creates buzz – Think Kardashian and co – on social media.

You can easily get a glimpse of the trending topics when logged into your Twitter account as they are displayed, by default, on the left hand-side of the screen. You can also filter these by geography (country, town, etc.) in order to address and/or leverage topics in your area.

But how does a topic becomes a trending one and how can you leverage trending topics for your brand?

First, a hashtag

To go viral, you need a topic and an identity. On Twitter, what embodies that is the hashtag. We can often see some random ones, created and shared by teens, some offensive ones too. But what you want for a hashtag is an original one, as much as possible, well crafted and to which your audience can relate (links to your brand, audience or area for example). Humor can be a nice touch as well as giving your hashtag a bit or nerve and edging towards a debatable topic.

Ideally, the hashtag should not be too long or complicated and you need to make it shareable. Not only by crafting it but providing your audience with easy-to-use (and to share) content. Creating visuals with your hashtag is a great way to publicize it. You should leverage your social media banners which are valuable piece of visual real estate. Creating and sharing branded pictures and/or videos is also a great way not only to stand up from the crowd but also increase shares of your content.

Remember to make it as easy as possible (and appealing) for your audience to share your content. Create ready-made tweets so your readers – and audience – can just share them.

Then, Twitter does the maths

You may have read about Facebook’s (slightly human) « algorythm » building your news feed. On Twitter, the algorythm is the all powerful robot generating trending topics.

Hence, when you know the basics, aiming for a « TT » (Trending Topic) becomes a realistic goal. So, what are the items to take into consideration in order to get success with the algorythm?

The number of accounts

sharing the hashtag or mentioning a particular topic will play a massive role in creating a trend. Quite an obvious statement. The point here, though, is that trying to leverage a couple of accounts to create a trending topic is not going to work. You can kickstart a trend but mass sharing and interactions with other accounts will be the trigger to make it a trending topic.

Many tweets, little time

In fact, beyond the sheer numbers of accounts involved, generating a trend will require an important amount of tweets about the hashtag – or topic – in a short amount of time. The more time flies in between tweets, the less chances you have to make your hashtag viral.

Fast and furious

You have accounts. You have tweets. Now you need a bit of speed too. It is basically linked to the number of tweets but the more active Twitter is about one topic, the better to attain trending topic status. However, one item plays an important role too, the time of the day when you are trying to go viral.

Time is… Trending

Time matters. You may already know about the best times to tweet (when your audience is online or most likely to engage with your content). Now, to create a trend, you have to size competition. Ideally, you may want to avoid competing with popular TV shows or football matches, for example, as these are likely to create trending topics of their own and « crowd » the TT space.

The best times to try and create a trending topic are the low activity times. However, the risk associated with such times is that your audience may also not be online or ready to share your content.

When a plan comes together…

In the words of a certain H. Smith, « I like it when a plan comes together ». Success – or lack of – comes down to planning.

Leverage analytics to find the perfect time when low activity/competition meets a solid enough presence of your audience.

Leverage your other networks in order to prepare and plan with your community so that your audience is ready to take part at a scheduled time.

Leverage your creatives to craft killer messages and visuals and build a countdown – or teasing campaign – towards the chosen moment.

Even better, hack an upcoming topic… . To be continued in another blog post – or offline 😉

In the end, if you want your brand to go viral and attain Trending Topic fame, do not rely on sheer luck or click-bait. The best way to build your way to TT status is to actually build it. By using the basis or every business, planning.

Plan your goals and means, build the frame, populate and launch your trending topic rocket!

Appeler
Y aller