Une startup – ou jeune entreprise – a une chance sur trois, en moyenne, de survivre. Eviter de rejoindre le cercle des startups disparues commence par éviter les embuches habituelles se dressant sur la route de toute (jeune) entreprise.

Après avoir évoqué une dizaine de raisons d’échec, il est temps de clôre la liste avec cet épisode deux.

11. Perdre de vue l’objectif

La vie d’une startup est loin d’être un long fleuve tranquille. Entre turbulences quotidiennes et doutes en continu, il est aisé de perdre de vue le but final ainsi que la vision et les idées qui l’accompagnaient. Il est important de rester sur les rails, quitte à changer de destination en cours de route (pivot).

12. Les tensions entre humains

Les conflits humains représentent un risque majeur pour toute entreprise. Au niveau startup, ce risque est démultiplié du fait du nombre habituellement restreint de personnes dans l’entreprise. Un conflit et c’est tout le business qui boîte. Les mésententes entre fondateurs peuvent également amener une entreprise à fermer boutique. Et ne parlons pas des investisseurs qui sont régulièrement amenés à pousser le bouchon un peu trop loin (… Maurice).

13. Pivoter

Pivoter – changer de direction, de vision voire de produit – peut sauver une entreprise comme la couler. Un pivot doit être réfléchi et s’appuyer sur des données solides qui valident ce changement. Sinon, changer pour changer implique, bien souvent, de se planter.

14. Le manque de passion

La passion est un élément récurrent des histoires d’entrepreneurs. Poursuivez votre passion pour réussir. Ce que cette dimension sentimentale implique, en particulier, est une capacité et volonté forte de s’engager pour un produit ou un service – donc de passer les heures, et de faire les efforts, nécessaires. Créer une startup avec la seule volonté de faire de l’argent mène bien souvent à un échec. Par manque de dédication et de traction.

15. La localisation

Avez-vous plus de chances de rencontrer des talents voire de voir un taux d’adoption de vos produits plus importants dans la Silicon Valley ou bien au fin fonds du Lubéron ? Option 1 si l’on parle technologie. Malgré un semblant de perte de vitesse de la vallée et une montée en puissance de nouveaux centres entrepreneuriaux un peu partout dans le monde, se trouver au bon endroit peut non seulement accélérer un développement mais également sauver une entreprise.

16 Pas d’intérêt ni investisseurs

Les investisseurs ne servent pas qu’à investir. Ils peuvent aussi servir de baromètre pour votre produit. Si vous ne voyez pas d’intérêt de la part d’investisseurs divers, peut-être ne voient-ils pas non plus de potentiel dans votre produit. Ou, tout simplement, votre présentation (et, par extension, votre marketing) n’est pas au niveau.

17. La force de la loi

Comme Uber l’a découvert récemment à Londres (licence non renouvelée) nul n’est au-dessus des lois. Encore moins quand un concurrent inconnu peut apparaître soudainement pour vous menacer de poursuites diverses et variées. La loi est un outil économique avant tout. Assurez-vous de ne pas être vulnérable.

18. L’usage des réseaux et connexions

C’est le B-A-BA des écoles de commerce; le réseau. N’oubliez pas le vôtre, celui de vos collègues, parents, amis ou investisseurs. Chaque opportunité d’utiliser votre réseau non saisie se traduit par autant de croissance potentielle perdue.

19. Burnout

La santé mentale des entrepreneurs est un sujet qui tend, dorénavant, à occuper le devant de la scène. Pas pour les solutions offertes, juste le constat d’un problème récurrent et grandissant. Avec la glorification du “hustle” (le travail, à fond, à tout prix) dans le monde startup, l’équilibre vie et travail a disparu. Et le surménage est désormais le pain quotidien de trop nombreux entrepreneurs.

20. Les oeillères

Si pivoter ne doit pas se faire à la légère, ne pas pivoter quand toutes les données et les conseils indiquent de le faire est également une course à l’échec. Admettre avoir tort et s’attacher à remettre la société sur les bons rails est, certes, un coup à l’égo mais également une chance de sauver sa boite. Au diable la fierté personnelle, survivez pour commencer.

Et j’en termine pour cette série de raisons d’échec. Les principales, tout au moins, et reste à votre écoute pour faire grandir cette liste.

Related Post

Share This